jppennachio@gmail.com guehillen@gmail.com

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2012

MMA - WILIPEDIA -suite

MMA – WIKIPEDIA

Prompte à réagir « la direction de la communication des MMA ». Après quelques jours de parution, ordre a été donné d’expurger l’insertion du passage 1945 concernant les graves soupçons de collaboration à l’encontre de Jean-Marie LELIEVRE, l’ex PDG, qui lui valurent d’être emprisonné et libéré au bénéfice du doute à la libération.

Que ceux d’entre vous qui n’ont pu prendre connaissance de MMA (1945) sur WIKIPEDIA se rassurent, ils trouverons ci-dessous*, le texte élaboré de ce triste épisode de la saga de la société mancelle .

Aux MUTUELLES DU MANS, il n’ait pas bon d’être confronté aux dures réalités de son histoire récente :

Ø     Escroquerie « légale » concernant les emprunts « Fond Social Complémentaire »

Ø     Escroquerie aux ASSEDICS avec le Dossier Social

Ø     Gestion calamiteuse du Président Jean-Claude JOLAIN, des milliards de perte

Ø     Condamnation de son Directeur Général, Raymond FEKIK pour abus de biens sociaux

Aussi nous recommandons à la personne chargée aux MMA de la communication d’avoir les yeux rivés sur son écran à la page WIKIPEDIA 24 heures sur 24.

* Août 1944 : C’est la Libération du Mans. Les souris grises et leurs protecteurs quittent rapidement les locaux de la Direction de la MGF que le Président Lelièvre leur a concédé sans difficultés en 1940. Une cohabitation sans heurts s’est instaurée entre le général de la Kommandantur et la Direction Générale. Celle-ci fournit à la demande des listes de «volontaires » pour aller déblayer les décombres dans la gare de triage bombardée par les avions américains. On envoie aussi au STO en Allemagne (service du travail obligatoire) les employés les moins bien notés sans les prévenir ce qui leur interdit de se cacher le jour de la rafle qui a lieu dans les locaux de la société. Mieux encore, le Président va lister les communistes connus qui vont prendre le chemin du camp de Buchenwald d’où peu reviendront. J’ai connu parmi ceux là un survivant, Monsieur Raymond qui dans les années 60 était responsable des archives rue Erpell. IL racontait que le bureau de Monsieur Lelièvre comportait encore une grande fente qu’il avait pratiquée en faisant irruption dans le bureau présidentielle lors de son retour de Buchenwald. J’ai personnellement constaté la présence de cette marque pendant les grèves de 1971 quand nous « occupions » les bureaux.

La collaboration du Président Lelièvre et de sa direction ne sera pas sans effet en 1945 lorsque l’épuration sera mise en oeuvre après le retour des prisonniers. Le Président se retrouve à la prison du Mans pour faits de collaboration.

Un député de la Sarthe, Christian Pinaud, grand Résistant, va participer au Comité d’épuration et réclamer une sanction contre les MGF et contre leur Président. Ce dernier va organiser sa défense et montrer qu’il a en fait « résister » à sa façon en organisant le fonctionnement de la MGF grâce au bureau de Châteauroux qu’il a organisé en zone nono occupée afin de permettre aux agents de cette zone de travailler sans avoir à franchir la ligne de démarcation. Mais le Président Lelièvre va surtout trouver quelques amis de la bonne bourgeoisie juive du Mans qui vont attester qu’il les a cachés et protégés depuis 1942 leur évitant la déportation. Ménageant ainsi ses arrières surtout aux approches de la Libération , le président s’est « assuré » une qualité de résistant qu’il va produire énergiquement . Après huit jours de prison, le Président sera libéré au bénéfice du doute grâce aux hautes protections dont il bénéficie.

Mais entre temps une autre sanction a frappé les MGF : leur nationalisation, moyen de déposséder le Président de sa société dont son petit-fils fut le fondateur au 19 eme siècle. Là encore, Monsieur Lelièvre sera gagnant car il va demeurer Président de la nouvelle société nationalisée compte tenu de son blanchiment. Les seules victimes sont les sociétaires de la MGF qui perdent la propriété de leur Mutuelle au bénéfice de l’ Etat et c’est le Conseil National des Assurances qui constituera l’Assemblée Générale à la place des sociétaires.

Si l’on excepte cette période noire de la vie du Président, on peut affirmer qu’il fut sur le plan professionnel un grand Président à l’inverse de bons nombre des incapables qui lui succédèrent.

Avril 2012

 

16:34 Publié dans assurances | Lien permanent | Commentaires (0)

06/04/2012

MMA sur WIKIPEDIA

MMA sur WIKIPEDIA

Les internautes curieux qui consultent sur le « web » WIKIPEDIA nous ont fait part de leur surprise en constatant des manques dans l’historique des MMA.

Les rédacteurs de la saga sur les Mutuelles du Mans Assurances, vraisemblablement rédigée par des membres des Sociétés, ont fait, volontairement, l’impasse, sur le séisme financier qu’a connu les mutuelles mancelles dans les années 90 et 2000 et sur les turpitudes de certains dirigeants.

Ø     Perte de plusieurs milliards de francs due à la calamiteuse gestion du Président Jean-Claude JOLAIN*. (il obtiendra la Légion d’honneur).

Ø     Condamnation définitive de Raymond FEKIK à 8 mois de prison avec sursis et 40.000 € d’amende pour Abus de biens sociaux.

Ø     Implication du PDG de la MAAF, Jean-Claude SEYS, dans la ténébreuse affaire « EXECUTIVE LIFE » (Il a remplacé J-C JOLAIN à la tête des MMA)

INFO: Consultez le site: www.defendre-ses-droits.com (dans "recherchez sur le site" mettre "crédit martiniquais"

Nous allons remédier à cette lacune, en attendant nous vous signalons que l’épisode concernant l’année 1945 a fait l’objet d’une insertion dans l’encyclopédie concernant l’ancien directeur Jean-Marie LELIEVRE.

 

23:27 Publié dans assurances | Lien permanent | Commentaires (1)

09/07/2011

LE MAINE LIBRE - 27 juin 2011 - EMPRUNTS DES MMA

FSC MAINE.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire l'article de Jacques GUICHARD paru le 27 juin 2011 dans LE MAINR LIBRE.

Photo, Hervé PETITBON

---------------------------------------------------------------------------------------

C'est une épine dans le pied de l'entreprise mancelle MMA qui démange de nouveau. Le "fonds social complémentaire". Un emprunt qu'à trois reprises (entre 1972 et 1977, 1977 et 1982, 1983 et 1988) ce qui était à l'époque "Les Mutuelles du Mans", ont imposé à leurs sociétaires. La dernière échéance doit arriver à échéance en 2013. Ce qui interpelle un certain nombre de sociétaires avertis.

Et pour autant qu'il en soit su, seulement 1% des sociétaires aurait réclamé son dû . Ce que ne dément pas frontalement la direction de MMA. etc.

- Inutile de continuer, le contenu de l'article a été, à plusieurs reprises, repris par "Libération", "Minute", Ouest-France.

Après J-F KAUFFER qui a déclaré " Il n'est pas question que nous remboursions le FSC", J-C SEYS qui a noyé le poisson, c'est au tour du Directeur Général, Christian BAUDON d'intervenir sur le sujet FSC suite à l'interrogation de M. J. GUICHARD

" Nous remboursons tous ceux qui en feront la demande même en absence de justificatifs" (*)

" Cet emprunt est tout à fait régulier et réglementaire à ma connaissance. MMA a respecté tous ses engagements quant aux informations à livrer à ses sociétaires sur le sujet (**)

" Je découvre le sujet" (***)

"Pour chaque assuré, cela ne représentait que des petites sommes" (****)

"Et c'est ce qui a permis à l'époque à l'entreprise de poursuivre son chemin" (*****)

NDLR:

(*) FAUX: Les MMA  remboursent les emprunts sans justificatifs, mais réclame au préalable la liste des contrats concernés. Quid des contrats oubliés dans la liste?

Quant à la DAS, celle-ci refuse de rembourser les emprunts sans fournitures des justificatifs (quittances ou coupons). Voir notre dernière note. 

(**) FAUX: La légalité des emprunts est incontestable, Mais aucune information n'a été donné aux sociétaires ni à l'époque, ni les années suivantes. (Nous nous basons sur les témoignages recueillis auprès des Agents Généraux qui ont eu le courage de faire embourser leurs assurés, certains se sont fait "taper sur les doigts" pour avoir oser défendre les intérêts de leur client, les directions leur ont reproché d'agir contre les intérêts des MMA.)

(***) FAUX: En avril 2009, M. BAUDON a été saisi par lettre de M. Bernard TEROY, ex Directeur Régionale des MMA, avec copie à M. Thierry DEREZ, Président des MMA. Aucune réponse à ce jour.

(****) M. BAUDON doit faire référence à son salaire mensuel pour qualifier de "petites sommes" à rembourser aux sociétaires. Les sommes des emprunts à rembourser s'échelonnent de 500 (particulier) à 5000 € (entreprise) si les sociétaires se sont acquittés de tous les prélèvements successifs des trois emprunts. 

(*****) Le Fond Social Complémentaire, à ce jour, reste une nébuleuse. Il est ponctionné chaque année de million d'euros.

FSC : 1993 = 89 685 756 €  - 1997= 64 440 199 €

En 5 ans le FSC a été ponctionné de 25 245 557 €.

Depuis 1997 à ce jour (14 ans) Quel est le montant actuel des emprunts FSC. Bien malin celui qui aura la réponse. Tous les ans, dans le "Compte rendu des opérations" figurait la ligne comptable de la rubrique Fonds Social Complémentaire. En 1997 elle a disparu. Depuis le FSC ou ce qu'il en reste se trouve, bien au chaud, enfui dans les FONDS PROPRES des Sociétés.

Nous n'osons imaginer le SEISME, la CATASTROPHE, si tous les sociétaires réclamaient leur remboursement. Et pourtant cela risque d'arriver, il serait souhaitable que M. BAUDON se penche, sans attendre et sérieusement, sur le problème qui se profile à grands pas.

Pour les curieux intéressés, sur simple demande, par e-mail, nous pouvons vous faire parvenir les articles de Libération, Minute et Ouest-France.

boisdevergne@yahoo.fr

 

11:16 Publié dans assurances | Lien permanent | Commentaires (0)