jppennachio@gmail.com guehillen@gmail.com

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2010

ARNAQUE A LA SECU et AUX ASSEDIC

 

·           La fraude à la Sécu évaluée à 384 millions d'euros en 2009

·         La fraude aux ASSEDIC évaluée à 60 millions d’euros par an

La note que nous avons publiée le 26.10.2006 dénonçait la fraude aux ASSEDIC dont s’est rendue coupable les M.M.A. de 1986 à 2000 –     Plus de 24 millions d’euros.

ASSEDIC, URSSAF, UNEDIC aucun de ces organismes n’a daigné s’intéresser à ce dossier, se renvoyant la balle ou s’en lavant les mains. Pourquoi ?

Nous pensons avoir un début de réponse à la lecture d’un article paru dans l’Express sous la plume de M. F. COLAS. en 2006.

Extrait :

Les contrôles effectués par la Sécurité sociale sont nombreux, mon propos n'est pas de les remettre en question, ils ont le mérite d'exister. En revanche, a-t-on déjà entendu parler de contrôle de la part de l'Unedic? Non, et pour cause: il n'y en a pas. Car, partant du principe que les contrôleurs de la Sécurité sociale font déjà le travail, l'Unedic n'estime pas nécessaire de contrôler elle-même les employeurs. [...] Mais comment l'Unedic s'y prend-elle pour récupérer les cotisations non versées? Bonne question, dont on attend encore la réponse. Car, en réalité, pratiquement aucune entreprise n'est redressée par l'Unedic. Théoriquement, lorsque l'Urssaf redresse une entreprise, une communication est faite à l'Unedic, qui est censée recalculer les cotisations dues à l'assurance-chômage au vu des infractions constatées par l'Urssaf. En pratique, il n'en est rien, cette communication tombant dans un puits sans fond. [...]

Nous publierons prochainement le dossier complet de cette arnaque.

Contact : boisdevergne@yahoo.fr

18:06 Publié dans assurances | Lien permanent | Commentaires (0)

17/10/2010

ON NE GAGNE PAS A TOUS LES COUPS

Parue dans OUEST-FRANCE le 02.10.2010 -

Angers

L'ancien cadre fait condamner les MMA pour harcèlement

Justice vendredi 01 octobre 2010

Les juges de la cour d'appel de Rennes lui ont accordé 105 000 € de dommages et intérêts. Une somme conséquente en rapport avec toutes les humiliations que son employeur lui a fait subir. L'ancien cadre supérieur des Mutuelles du Mans Assurances aurait pu y laisser sa santé: «Ils voulaient me casser!» Sans sa force de caractère, après deux infarctus et des moments dépressifs, l'expression du salarié sonne juste. Les MMA l'avaient complètement «placardisé», empêché d'exercer son mandat de délégué syndical CFTC, muté à Nouméa en Nouvelle-Calédonie...

Aujourd'hui, après sept ans de procédure, l'ex-cadre revit et peut enfin couler une retraite paisible dans le Saumurois.

00:26 Publié dans assurances | Lien permanent | Commentaires (0)

11/09/2010

500 MILLIONS RECOUVRES

Contrats non réclamés : 550M€ recouvrés

Christine Lagarde a rendu, jeudi 2 septembre, son 2ème rapport relatif aux contrats d’assurance vie en déshérence. Depuis 2006, les dispositifs Agira 1 et Agira 2 ont permis de recouvrir 550M€ de capitaux.

 

Les sociétés d’assurances vie ont mis, pendant des années, une chape de plomb sur les contrats en déshérence.

L’intervention, énergique et rapide, de notre gouvernement et de notre ministre des finances a donc permis de recouvrés 550 millions d’euros.

 

Mais, le manque de célérité est flagrant pour le dossier de l’arnaque aux ASSEDIC perpétrée par les MMA.

(Voir sur le blog la note du 26/10/2006 MMA – ARNAQUES AUX ASSEDIC)

 

Les interventions auprès de Monsieur FILLON  de J-L BOORLO de C. LAGARDE ont certes fait l’objet d’une réponse indiquant qu’ils transmettaient le dossier au service compétent, mais c’est silence radio depuis 4 ans.

 

Il est vrai que Monsieur le Premier Ministre est sarthois ???

Possible que le montant du préjudice des ASSEDIC (plus de 24 millions d’euros)  soit insignifiant et inférieur au seuil d’intervention des ministres et organismes concernés.

 

Il est certain pour notre part que nous ne laisserons pas enterrer ce dossier.

 

11:54 Publié dans assurances | Lien permanent | Commentaires (1)