jppennachio@gmail.com guehillen@gmail.com

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2009

JACQUES CHIRAC et la JUSTICE

 

JACQUES CHIRAC FACE A LA JUSTICE

Pour les curieux et ceux qui veulent comprendre le système « J. CHIRAC » précipitez-vous sur les ouvrages de l’excellent journaliste d’investigation Philippe MADELIN « Les Gaullistes et l’argent » aux éditions ARCHIPEL et « Le Clan des Chiraquiens » au SEUIL. Vous aurez ainsi tous les ingrédients pour vous faire votre opinion sur le renvoi justifié ou non de Jacques CHIRAC devant la justice de notre pays.

Dans l’ouvrage « Les Gaullistes et l’argent », les pages 392 à 397 sont consacrées aux MMA et à  Jean-Claude JOLAIN, son brillant PDG, grand gestionnaire financier, capable de gérer un double emploi PDG des MMA et Président de la SAGI (Société Anonyme de Gestion Immobilière) société dépendante de la Ville de Paris, mais responsable, bien qu’il s’en défende, de la perte de plusieurs milliards de francs au détriment des MMA, mais couronné de la Légion d’Honneur.

J-C JOLAIN, affublé de sa « rosette, adepte du « c’est pas moi c’est l’autre »  est passé à travers les gouttes, il a navigué au fil du vent, délaisse CHIRAC pour BALLADUR et finit par s’amarrer au bateau SARKOZY.

Une grosse tache dans sa carrière, il s’est fait « démissionner » des MMA par son copain de promotion à l’ENA, Raymond FEKIK. Petite satisfaction, ce dernier a été rattrapé par la justice et condamné par la Cour d’appel d’Angers pour « abus de biens sociaux » à 8 mois de prison et 40.000€ d’amende. FEKIK s’est pourvu en Cassation, « ça mange pas pain », ça gagne du temps, mais ça reste très aléatoire.

Amusant de consulter sur le site MMA.fr, la SAGA des MMA. Silence radio sur les turbulences des années 1998, 1999,2000.

 

Tout est en ordre grâce au successeur de JOLAIN, Jean-Claude SEYS auréolé de sa « casserole » « EXECUTIVE LIFE » (ouvrage de Pascal HENISSE, édition Hachette) MERCI LA MAAF.

 

Sur WIKIPEDIA, l’auteur et rédacteur de l’historique des Mutuelles du Mans est passé directement de 1987 à 2001. Il faut remédier au plus vite à ce malencontreux oubli et combler le vide.

 

Comme disait l’autre « QUAND C’EST FINI, CA RECOMMENCE » mais,

 

Il reste toujours la grosse pierre dans le jardin des MMA et de la DAS, en l’occurrence un énorme rocher.

L’emprunt du « FOND SOCIAL COMPLEMENTAIRE » prélevé, sans qu’ils le sachent, sur les quittances de leurs sociétaires de 1972 à 1986. Les MMA et la DAS doivent rembourser ces emprunts dont le montant global s’élève à plusieurs millions d’euros. Millions d’euros qui dorment aujourd’hui dans leur « FONDS PROPRES ».  

 

CE N’EST PAS FINI, CA NE FAIT QUE COMMENCER, ELLES REMBOURSERONT.

 

Boisdevergne (boisdevergne@yahoo.fr)

 

 

 

17:17 Publié dans assurances | Lien permanent | Commentaires (0)

27/08/2009

MMA - FSC - LE GRAIN DE SABLE

MMA - FONDS SOCIAL COMPLEMENTAIRE (le grain se sable)

Un  juriste spécialiste nous a fait par de ses réflexions sur le FSC des MMA car nous pensions que ces emprunts n’étaient pas très clairs même si légaux.

Ce juriste a relevé plusieurs points nébuleux :

Ø    Il est avéré, à l’appui de témoignages qu’aucune communication, auprès des Sociétaires, n’a été entreprise par la MUTUELLE GENERALE FRANCAISE ACCIDENTS,  LA MUTUELLE DU MANS INCENDIE et la D.A.S. et leur Réseau d’Agents Généraux lors de la mise en place des emprunts 1972 à 1986.

Les Sociétaires ignoraient donc qu’ils souscrivaient à un emprunt lors du paiement de la cotisation.

Il s’agit d’emprunts « FORCES »

Ø  Les Sociétaires réglaient  la cotisation au reçu de l’avis d’échéance lequel portait suivant les périodes

soit la mention : « Contribution au Fonds Social Complémentaire comprise » sans aucune indication de somme ni texte légal concernant l’emprunt.

Soit : « Bon pour quittance sous réserve d’encaissement de la somme indiquée ci-dessous »

La quasi majorité des Sociétaires n’étaient pas en possession de la quittance sur laquelle était accolé le coupon ainsi que des mentions légales du « Fonds Social Complémentaire » d’où l’impossibilité de fournir les titres au terme des 15 ans.

Ø  Les MMA acceptent de rembourser les emprunts sans justificatifs, mais la DAS exige les 15 ans de titres. Pourquoi cette différence de traitement des remboursements.

Ø  Fort des témoignages d’Agents et de cadres des MMA qui étaient présents lors de l’A.G. de 1999 suite à l’intervention de J-F KAUFFER « Nous n’avons pas l’intention de rembourser le F.S.C. » un constat s’impose : Les MMA veulent gagner du temps et pourquoi gagner du temps, l’évidence saute aux yeux (du juriste) nous nous le l’avons pas envisagé :

LES MMA attendent « LA PRESCRIPTION » pour définitivement se mettre dans la poche (dans leurs fonds propres) ce trésor de guerre. C’est jouable sauf qu’il y a ce satané GRAIN DE SABLE.

boisdevergne@yahoo.fr

P.S. Pour ceux qui n’en ont pas eu connaissance, nous tenons à leur disposition, par mail, les coupures (pleine page) des quotidiens LIBERATION, MINUTE et OUEST France.

 

 

 

 

 

 

17:17 Publié dans assurances | Lien permanent | Commentaires (5)

19/05/2009

FAUTE TRES GRAVE

DEVINETTE : Comment éviter de se faire "virer" alors que l'on commet une FAUTE GRAVE ?

Un Inspecteur de la MMA VIE (Responsable des BSI dans le Sud-Est) avait trouvé un moyen pour arrondir ses fins de mois.  

Par circulaire de la Direction Régionale du Sud-Est:

Il est strictement interdit aux Attachés d'Inspection de faire souscrire aux prospects des contrat I.A.R.D.

Si un prospect souhaite des informations sur l'IARD, l'A.I doit indiquer les coordonnées de l'Agent Général MMA territorialement compétent.

IMPERATIF: Se retirer immédiatement de chez un client déjà assuré auprès de l'un des Agents MMA.

Mais alors comment profiter de cette mane qui leur échappe? Tout simplement en demandant l'ouverture de code à une société concurente, en l'occurence, APRIL.

C'est ainsi que l' inspecteur des MMA VIE et son réseau d'attachés d'inspection (A.I.) plaçaient les contrats I.A.R.D. en courtage et ce avec commissionnement.

Le pôt aux roses a été découvert par un Agent Général MMA. Un gros client de son portefeuille a été prospecté par un A.I. MMA lequel à l'aide de son Inspecteur a fait résilier par le client un important contrat MMA A.I.P pour lui proposer le même contrat à APRIL ( projet établi sur lettre à entête des MMA avec les garanties et tarifs d'APRIL)  et lui fait soucrire deux contrats "Epargne" de 68.602 € et 7.622 €

Enorme préjudice financier causé à l'Agent Général, la commission annuelle du contrat AIP, les commissions des nouveaux contrats.

L'Agent Général alerte le Directeur Régional VIE et réclame le rattachement des contrats d'épargne et les commissions correspondantes.

Refus du Directeur, il demande une enquête. Résultat de l'enquête : LE DOSSIER EST CLASSE SANS SUITE 

Non pas faute de preuves, celles-ci versées au dossier sont irréfutables et reconnues comme telles par le Directeur MMA VIE et le Directeur I.A.R.D.

- Quid du rattachement des contrats et du reversement des commissions à l'Agent: REFUS

- Quid de la concurence déloyale fait à sa propre société par l'inspecteur VIE : ENQUETE CLASSEE SANS SUITE

- Quid de la REVOCATION IMMEDIATE POUR FAUTE GRAVE de l'Inspecteur : AUCUNE SANCTION

- Quid de la réaction de la Direction Générale : CE DOSSIER CONCERNE LA DIRECTION REGIONALE DU SUD-EST

Un fait certain, l'Inspecteur VIE et le Directeur VIE ne sont pas "frères de sang".

 

 

08:10 Publié dans assurances | Lien permanent | Commentaires (0)